Outils pour utilisateurs

Outils du site


assoce:guiilde:darkmatter:campaigns:sherlockholmes:persos:sidriley

Les textes qui vont suivre sont extaits du journal de Sid Riley je les compléterais quand je n'aurais pas la flemme :
(Je m'excuse par avance de toutes les piqures aux yeux que mon orthographe d'huitre est susceptible de provoquer).

Un café qui bulle

(Arrivée chez Michael après la disparition de sa fille)

Je me sert un mug de café avant de m'installer dans un coin pour ne gêner personne. Pendant qu'ils fouillent l'appartement à la recherche du moindre indice, je vais en profiter pour aller jeter un œil dans les rapports de la police. Ça pourrai nous être utile de savoir ce qu'ils ont contre Michael et puis… Ce n'est pas comme si ils savaient comment protéger leurs systèmes. Le temps que mon PC démarre je laisse un œil hasardeux balayer la pièce.

Mon regard croise brièvement celui de Michael.
Il me fixe avec insistance. En détournant mon regard je réalise qu'il braque son arme sur moi. Je n'ai aucun mal à comprendre que n'est plus Mickael qui se tiens face à moi, mais le foreur. Je suis trop loin pour pouvoir tenter quelque chose et trop prêt pour avoir une chance de m'enfuir. Je n'essaie même pas de sortir mon arme il me tuera avant que je puisse l'attraper. Pourquoi ne m'a-t-il pas déjà tué ?

- Nous ne sommes pas différent Sid. Tu te rappel de son visage n'est-ce pas ?

Je le vois encore lorsque le sommeil me gagne. Allongé sur un lit de feuilles d'automnes, inconscient. Je prend une grande inspiration avant de presser détente…

Le démarrage de l'ordinateur me remmène à la réalité. Personne ne semble avoir remarquer ce qui vient de ce passer. J'essuie les quelques goutes de café que mon sursaut a rependu sur la table d'un revers de la manche. *Ressaisit toi Sid* La main tremblante je sors un cachet effervescent de vitamine de ma veste et le laisse tomber dans mon café avant de chercher un accès aux bases de la police locale.

Le journal de Sid Riley

La sacoche médicale de Sid Riley contient une sorte de journal, la reliure est en cuir d’assez bonne facture il est cerclé d’une simple cordelette soie rouge enroulée autour de l’attache. Même refermé quelques notes, certainement glissées à la va vite entre deux pages du carnet, semble vouloir s’en échapper laissant ainsi deviner qu’un bon nombre d’autres feuilles les accompagnent sûrement à bord de l’ouvrage. Pour la plupart elles ne semblent être que des réflexions personnelles raturées, griffonnées à la suite d’une autopsie où d’une quelconque analyse et n’ayant pour unique signature que l’empreinte auréolée laissée par une tasse de café inopportune.

Extraits du journal de Sid

Vendredi 24 Septembre 1993 : Entretien BaxterLab

Je pensais que les locaux de Stanford était riches en matériel de pointe mais les moyens dont BaxterLab dispose n’en finissent pas de me surprendre : CellDyn 1700, Advia 120, ABX Pentra c200, toutes les salles sembles sur équipées… J’avais des craintes que les quelques 900 miles que je viens de parcourir ne soient qu’une perte de temps, mais il n’a pas fallu bien longtemps pour me rassurer.

Je devrais avoir une réponse à mon entretien de ce matin d’ici quelques jours.

Vendredi 1 Octobre 1993 : Réponse de BaxterLab

La semaine a été longue, impossible de sortir de ma chambre d'hôtel par peur de manquer ce coup de téléphone. J’ai passé le plus clair de mon temps à relire des notes de cours et mimé les gestes que tout chirurgien devrais savoir exécuter les yeux bandés.

Enfin je reçois l’annonce tant attendue, je commence mon travail la semaine prochaine.

Lundi 4 Octobre 1993 : 1er jour chez BaxterLab

On m’avait prévenu que le travail ici pouvait être assez éprouvant, mais le fait que le suivi psychologique soit obligatoire m’avais tout de même parus assez “exagéré”.

Il est 18h30 lorsque la porte s’ouvre pour laisser entrer une jeune femme la vingtaine tout juste entamée. Le simple linge dont elle est vêtu laisse deviner ses formes somptueuses et sa peau nacré s’accorde avec ses cheveux platines en une parfaite alchimie. L’homme qui l’accompagne me remet un dossier et une vaste nuit de travaille en perspective avant nous laisser seul ; le bruit des roues de la civière résonne encore dans ma tête ; une longue nuit nous attend. Je lui dit que je vais veiller sur elle tout en rabattant son linceul. J’aurais préféré qu’elle me raconte son histoire autrement.

Mercredi 27 avril 1994 :

Ce matin j’ai reçu un nouveau “patient”. C’est comme cela que je les appelle maintenant lorsqu’il m’arrive de discuter avec une personne étrangère au laboratoire. C’est étrange, le rapport que l’on ma remit sur l’état des recherches auxquelles le patient participait contient des incohérences. Que ce soit le traitement expérimental ou bien l’infection elle-même aucun des deux ne pourrais provoquer de lésions comme celle-ci.

/* on peut voir, attaché sur la page voisine à l’aide trombone, une photographie Polaroïd jaunie par le temps d’un homme d’une quarantaine d’années. Allongé sur une table d’autopsie, le torse ouvert, les côtes sectionnées… */

Habituellement le dossier que l’on me remet m'aiguille dans mes recherches. Mais cette fois ci je suis totalement dans le flou, je n’ai aucune idée de ce que je dois chercher. Il est possible qu’il suivait l’un des projets classés confidentiels… Je n’ai pas encore compris ce qui à provoqué les lésions et la mort du sujet, il faut que je retourne travailler…

En sortant du la laboratoire j’ai revu cette phrase gravée sur la plaque de marbre trônant au dessus de la porte du hall d’entrée. C’était la citation d’un discours de Pasteur, dans le style suranné qui, au siècle dernier, était de mise pour les distributions de prix. Elle glorifiait “ces demeures sacrées que l’on désigne du nom expressif de laboratoires “et que Pasteur, employant la règle des trois adjectifs, qualifiait de “temples de l’avenir, de la richesse et du bien-être, où l’humanité grandit, se fortifie et devient meilleure“… J’espère ne pas devoir le contredire.

assoce/guiilde/darkmatter/campaigns/sherlockholmes/persos/sidriley.txt · Dernière modification: 2019/02/12 13:43 par 192.54.144.229